Le Code de déontologie

ARTICLE 1

Tout détenteur du diplôme de praticien en Psycho-Bio-Acupressure délivré par l’Institut DELATTE de P.B.A® (et/ou Psycho-Bio-Acupressure®) certifié par le Docteur Pierre Noël DELATTE, ou toute personne accréditée par lui, peut pratiquer la P.B.A® dans le cadre strict de ses compétences humaines et professionnelles, de manière responsable, autonome et authentique.

ARTICLE 2

Le champ de compétences du praticien de la Psycho-Bio-Acupressure® est celui du rééquilibrage des énergies ainsi que le nettoyage des divers blocages émotionnels générateurs de conduites d’échec répétitives, de difficultés à s’épanouir, etc. Le praticien permet, par sa propre attitude, dans une relation chaleureuse et empathique, à la personne rencontrée (consultant), de se retrouver en harmonie avec son identité profonde.

ARTICLE 3

Délaissant toute attitude de pouvoir sur l'autre, le praticien en P.B.A® s'implique personnellement dans la pratique en accord avec la personne rencontrée. Il n'accepte aucun transfert ni aucune projection, au nom de l'autonomie, de l'authenticité et de la bienveillance.

ARTICLE 4

Le praticien en P.B.A® respectera la personne qui vient lui demander son aide, en se gardant de verbaliser certains blocages qui pourraient la déstabiliser. Il s’interdit d’être intrusif dans la recherche des causes de ses blocages. Il veille à ne pas juger, culpabiliser ni blâmer les personnes qui le consultent. Il s’exprime de façon claire et précise afin d’assurer au bénéficiaire la meilleure
compréhension possible.
Il cherche, autant que possible, à expliquer à la personne l'impact que le blocage qu'il présentait, peut avoir sur sa vie .

ARTICLE 5

Le praticien se garde de toute interprétation des évolutions vécues par le consultant, notamment au cours du dialogue consécutif à l'exercice, laissant à l'autre (le consultant) le bénéfice de sa propre maturation. Il d’interdit toute intrusion.

ARTICLE 6

Le praticien en Psycho-Bio-Acupressure® s’engage à exercer la P.B.A® telle que son initiateur Pierre Noël DELATTE, ou un autre formateur agréé par lui, lui aura transmise, et n’utilisera en aucun cas d’autres techniques, telles visualisations positives, E.M.D.R , hypnose, psycho-généalogie, reiki, E.F.T etc… sous couvert de la P.B.A®.

Respect rigoureux d’une séance de P.B.A® telle qu’élaborée par le Docteur Pierre Noël Delatte :
Une séance de P.B.A® doit obligatoirement se dérouler en deux temps.

  • Le premier consiste à rétablir le système énergétique de la personne concernée en faisant circuler en lui, à l’aide de circuits de cinq points d’acupression, des énergies antidotes des énergies qui peuvent le perturber (colère, dépression, obsession, etc...)
  • Le deuxième consiste à profiter de ce que la personne est dans un bon état énergétique (libération d’endorphines au niveau du cerveau) pour retrouver, par une technique spéciale basée sur l’analyse de son pouls, les blocages émotionnels qui peuvent l’affecter (par exemple des peurs d’être rejeté, ou de ne pas être à la hauteur, des blessures liées à des abandons, ou des deuils, ou des traumatismes sexuels).

Il s’agit donc d’une technique spéciale basée d’une part sur une analyse du pouls de la personne et d’autre part sur l’utilisation du ressenti intuitif propre du praticien.
La verbalisation par le praticien de ces blocages, lorsque le cerveau est rempli d’endorphines, permet à ceux-ci d’être expulsés sans douleurs de la zone du cerveau où ils sont enkystés (amygdale et hippocampe), ils sont alors captés par le cortex préfrontal dont le rôle est d’évacuer les émotions.
Cette évacuation est définitive, rapide et sans douleurs, à condition de respecter certaines conditions, en particulier d’empêcher la personne concernée de se remettre en situation, de revenir sur son passé.

ARTICLE 7

La P.B.A (psycho-bio-acupressure)® étant une pratique basée sur la physique quantique, le praticien en P.B.A® s’ interdit toute référence à l’ésotérisme et toute utilisation de matériel annexe (exemple pendule , boule de cristal , etc.).
Le non-respect de cette règle peut entraîner, à lui seul, la radiation du membre concerné de l’Institut DELATTE de psycho-bio-acupressure® (L’Institut).

ARTICLE 8

Le praticien respecte les principes de déontologie de sa propre profession, ne fait aucun diagnostic de pathologie, ni de prescription d'ordre médical s'il n'est lui-même médecin.
Il respecte les prescriptions établies éventuellement par le médecin traitant et les pratiques des autres acteurs de santé avec lesquels il collabore.
Il s’interdit d’interrompre ou de modifier un traitement médical.
Il s'interdit de prendre ou de faire prendre à son consultant aucun risque. En particulier, il oriente vers un spécialiste toute personne dont l'état lui paraît susceptible d'échapper à sa compétence, surtout si cet état peut engager le pronostic vital du consultant (dépression grave avec risque suicidaire, anorexie mentale avec amaigrissement s’aggravant d'une séance à l'autre, etc...) .

ARTICLE 9

Le praticien en P.B.A® s’engage à respecter, de la manière la plus stricte, le secret professionnel sur l’ ensemble des informations recueillies , notamment celles concernant la vie privée et les blocages émotionnels de la personne rencontrée dans l’ exercice de son activité de P.B.A®. Cette confidentialité est une condition indispensable à la pratique de la P.B.A®.
Le non-respect de cette règle peut entraîner, à lui seul, la radiation du membre concerné de l’Institut DELATTE de P.B.A®.

ARTICLE 10

Le praticien en P.B.A® s’engage à ne pas utiliser la confiance établie à des fins de manipulation politique, sectaire ou personnelle (dépendance émotionnelle, intérêts économiques , relations sexuelles….)

ARTICLE 11

Dans le respect de la confidentialité des échanges, le praticien P.B.A® s’interdit de pratiquer une séance de P.B.A® en présence du conjoint. Par ailleurs, il s’engage à faire très attention à la verbalisation des blocages trouvés lorsque les parents assistent à une séance effectuée avec un enfant.

ARTICLE 12

Le praticien en P.B.A® a le droit de ne pas commencer un travail ou de l’interrompre pour des raisons professionnelles ou personnelles. Il propose éventuellement à la personne concernée de rencontrer un autre praticien en P.B.A®.

ARTICLE 13

Un registre des praticiens P.B.A®, mentionnant le secteur dans lequel chacun exerce, est tenu à jour par le secrétariat de l’Institut. Nul ne peut prétendre exercer au titre de praticien P.B.A® s'il n'est pas inscrit au registre. Nul ne peut être maintenu au registre s'il n'est pas à jour de sa cotisation et s'il ne s'est régulièrement recyclé conformément à ce qui est prévu dans le règlement.

ARTICLE 14

Le praticien P.B.A® s'estime, à son niveau, responsable de la diffusion correcte de sa discipline et de sa promotion dans les milieux les plus divers. Il se tient au courant de l'évolution de cette science et de cet art, participe aux recyclages sachant que la formation initiale ne saurait tenir lieu de compétence acquise pour la vie, et qu' il convient de s'inscrire dans un processus de recyclage en
vue d' actualiser ses connaissances .

ARTICLE 15

Le praticien en P.B.A® peut solliciter l'aide de l’Institut pour organiser des journées spécifiques, des conférences et l'organisation d'activités nouvelles.
Chacun est encouragé à publier ses expériences et recherches dans le bulletin de la Fédération, ou sur le site internet de celle-ci.

ARTICLE 16 - Publicité

La meilleure des publicités étant le bouche à oreille, le praticien en PBA® s'interdit de toute publicité tapageuse, sous peine de rappel à l' ordre de la commission de discipline de l’Institut .

ARTICLE 17 – Concurrence déloyale

Le praticien s'abstient de toute concurrence déloyale ainsi que toute mise en cause d'autres praticiens en PBA®.
En cas de litige, la commission de discipline tranchera.

ARTICLE 18 – Uniformisation des tarifs

Afin d'éviter toute concurrence déloyale, un tarif officiel sera établi d'une part, pour les praticiens certifiés, d'autre part, pour les praticiens en fin de formation, étant entendu que tout praticien peut ponctuellement faire jouer une clause de conscience en fonction de la situation matérielle de certains de ses consultants.